ACCUEIL
UN MONDE DE BRUT
www.mondedebrut.com

HISTOIRE

GEOGRAPHIE

ECONOMIE

PHOTOS

LISTE ALPHABETIQUE
PAYS PRODUCTEURS
DE PETROLE

EQUATEUR : APERCU GLOBAL DU SECTEUR PETROLIER

DIPLOMATIE PETROLIERE EQUATEUR / VENEZUELA


L'Equateur est le cinquième producteur de pétrole d'Amérique du Sud et le
deuxième fournisseur de brut des Etats-Unis, derrière le Venezuela.

Le ministre équatorien de la Défense, Solon Espinoza, a démissionné vendredi 19 aout 2005,
sur fond de manifestations qui ont paralysé la production pétrolière d'Equateur
et vont obliger le pays à emprunter du brut au Venezuela pour maintenir son niveau d'exportation.

D'importantes manifestations ont éclaté dans deux provinces d'Amazonie, dans l'est de l'Equateur,
obligeant la compagnie pétrolière nationale du pays, Petroecuador,
à interrompre sa production jeudi 18 aout 2005.
Cette interruption a entraîné une hausse de 3,5% des cours du brut à New York.
Le pays va devoir solliciter un prêt de 400 millions de dollars auprès du Fonds de réserve de l'Amérique latine pour prévenir tout déséquilibre dans sa balance des paiements et importer pour 140 millions de dollars de pétrole, a annoncé vendredi la ministre de l'Economie, Magdalena Barreiro.

L'Equateur va demander au Venezuela de lui prêter du pétrole afin de remplir ses objectifs d'exportations,
a-t-elle annoncé. Elle a déclaré que le ministre équatorien des Affaires étrangères, Antonio Parra, en ferait la demande auprès du président vénézuélien Hugo Chavez vendredi 19 aout 2005 à Cuba.

La production de Petroecuador, qui est passée en un jour de 201.000 barils par jour à un chiffre nul, ne devrait pas revenir à la normale avant le mois de novembre, a estimé la ministre de l'Economie.
Petroecuador a réussi à produire samedi 20 aout 2005 quelques 33.000 barils de brut, plus que vendredi,
mais toujours bien en deça de sa capacité quotidienne normale.

Les manifestants de Sucumbios et d'Orellana exigent que les compagnies étrangères présentes dans la région
financent des projets d'infrastructures et embauchent des salariés locaux.

Ils demandent aussi au gouvernement une re-négociation des contrats conclu avec des compagnies étrangères
comme Occidental Petroleum, le brésilien Petrobras et Encana Corp,
afin d'y accroître la participation de l'Etat.

Le calme est revenu le dimanche suivant dans les régions amazoniennes de l'Equateur, après plusieurs jours de manifestations violentes . L'état d'urgence décrété mercredi par le président Alfredo Palacio restait en vigueur pour les provinces de Sucumbios et Orellana (nord-est), où les manifestants ont depuis une semaine pris le contrôle de deux aéroport, bloqué les routes, occupé les champs de pétrole et saboté les installations.
Pour tenter de trouver une solution à la crise,
les parties envisageaient d'envoyer des représentants négocier à Quito, la capitale.

"Les manifestations sont momentanément suspendues pendant que nous engageons le dialogue", a déclaré Guadalupe Llori, une responsable dans la province d'Orellana.
"Mais soit nous obtenons des résultats de ces pourparlers, soit nous reviendrons aux mesures précédentes".

Depuis l'état d'urgence décrété en milieu de semaine, quelques 3.000 policiers et soldats dépêchés sur place sont intervenus en masse pour mettre fin aux manifestations,
procédant à quelques arrestations parmi les autorités locales et reprenant le contrôle de la région.
Le gouverneur de la province de Sucumbios Guillermo Munoz a été arrêté, quelques heures après le maire de la ville Maximo Abad, pour "incitation au désordre public".

Depuis le début des années 1960, l'or noir a pris progressivement le pas sur l'or vert dans les espoirs nationaux.

En 1964 la Texaco-Gulf obtint la première concession.

En 1967 le premier puits fut foré à Lago Agrio .

Pour dynamiser la production, on n'hésita pas en 1972 à installer un oléoduc de plus de 500 km (El Sote),
reliant les puits d'Amazonie au port d'Esmeraldas (à Balao).

Dès 1982, suite à la chute du cours, les concessions se sont multipliées.

En 20 ans, le pétrole est devenu l'un des principaux produits d'exportation du pays et atteint aujourd'hui :
. 40 % des ressources nationales
. 30% de la valeur des exportations.

marqueur eStat'Perso

RESISTANCE INDIENNE
FACE AUX COMPAGNIES PETROLIERES
TRAGEDIE ECOLOGIQUE
CHIFFRES GLOBAUX

SOCIETE PETROLIERE
EQUATORIALE
PETROCUADOR
OPERATEURS
PRESENTS EN EQUATEUR
SITES DE PRODUCTION
EQUATORIENS
TRANSPORT DU PETROLE
EN EQUATEUR